Exposition itinérante "Divines cartes à jouer"

tarots anciens

Tarots et cartes divinatoires


collection Christian Rouleau

 
Le tarot dans tous ses états
 
 
 
A l’origine, les tarots servaient à expliquer une certaine conception du monde et de la société à des spectateurs souvent illettrés, donc plus sensibles aux images qu’aux discours. Les tarots les plus anciens, peints à la main, étaient des objets de luxe offerts à des princes ou à de puissantes familles aristocratiques. Les cartes seraient donc une version simplifiée des tarots.
Le tarot de jeu est né au XVe siècle en Italie. Le terme "tarocchi" (tarock en allemand et tarot en français) s’impose et le jeu se répand en Europe au XVIIIe siècle. En 1900, Grimaud crée le tarot nouveau pour concurrencer les cartes allemandes. Le premier lien de la divination avec les cartes est fait en 1540 avec Le Sorti di Francesco Marcolino da Forli publié en 1540. Les cartes ne servirent tout d’abord qu’au jeu et à des tours de prestidigitation, attestés sous le règne de François 1er, et ce n’est que peu à peu qu’elles devinrent un support divinatoire.
C’est curieusement au XVIIIe, durant le siècle de la philosophie et de la raison, que la cartomancie établit son empire bien plus loin que dans de modestes chaumières ou sur la place publique. L’époque de la Révolution française fut extrêmement favorable à cet art. La sorcellerie était discréditée et de ce bouillonnement spirituel émergèrent les cartes comme support divinatoire moderne, gagnant peu à peu droit de cité. En 1770, le célèbre Eteilla imprime à Amsterdam la Manière de se recréer avec des cartes. Peu de temps après, le jeu de Melle Lenormand monopolise l’espace de la voyance et est traduit dans toutes les langues européennes. Le philosophe Court de Gébelin contribua, avec son célèbre ouvrage Le Monde primitif (1775-1784) à répandre l’idée que les 22 arcanes majeurs du tarot ne seraient autres que les vestiges et la transcription du Livre de Thot, de l’antique civilisation égyptienne. Au XIXe siècle, une nouvelle histoire et une nouvelle philosophie naissent avec Eliphas Levi (Dogme et rituel de la haute magie - 1854).
 

collection Christian Rouleau
 



Créer un site
Créer un site